Baron Étienne-Constantin de Gerlache, first president of the Superior Council of the Saint-Vincent de Paul Society.

Baron Étienne-Constantin de Gerlache, first president of the Superior Council of the Saint-Vincent de Paul Society.

Who are we ?

In Belgium

Notre organisation

In Belgium, a dozen young people led by Edmond Van Gansbergh founded the Saint-Vincent de Paul Society in Brussels in 1842. Firmly established in the country for more than 160 years, the Saint-Vincent de Paul Society now includes 342 conferences and 56 centres throughout the country.
The conferences are the basic subdivisions or cells of the Saint-Vincent de Paul Society. They are generally connected with a parish geographically and consist exclusively of volunteers.
The centres are houses or institutions serving the needy and managed by the Saint-Vincent de Paul Society. They are managed by “permanent staff”, aided at times by volunteers who are not necessarily members of the Society. The centres are general located in areas where no conference has been established.
Depending on its location in Belgium, each conference or centre falls under a Provincial Council. There are ten councils, plus one for the Brussels Region. The National Council oversees these eleven Councils in turn.

Le baron Etienne-Constantin de Gerlache (1785 - 1871)
Le baron Etienne-Constantin de Gerlache (1785 – 1871) est un magistrat, homme d’Etat et historien belge. Il joua un rôle considérable dans la toute jeune Belgique, occupant successivement les fonctions de président du Congrès national (1831), de chef de gouvernement (1831), de président de la Chambre des Représentants (1831-1832) et de président de la Cour de cassation (1832-1867). Il est un de ceux qui proposent la candidature de Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha au trône de Belgique et fait partie de la délégation envoyée à Londres pour annoncer officiellement au prince son élection. De 1845 à 1871 il sera le premier président du Conseil Supérieur de Belgique de la Société de Saint-Vincent de Paul. Celle-ci est présente en Belgique de manière embryonaire dès 1841 à l’initiative de Jean-Baptiste Boone, recteur du Collège Saint-Michel qui incita à la formation d’une ‘Association de Charité’ parmi ses étudiants. Après une croissance centrée principalement sur Bruxelles et Liège, la Société présente en Belgique avec déjà 50 Conférences, sera reconnue par le Conseil Général en 1845.

At the Outside

A special facet of the Belgian society

The Saint-Vincent de Paul Society has adopted the principle of universal aid. By means of a sister non-profit organisation called “Entraide vincentienne à l’étranger”, our scope of activity extends to several other countries.
Among those, we of course are especially close to those countries with which we have historical ties.
Since 1833, when the society was founded, the conferences of the Saint-Vincent de Paul Society have been established all over the world. Vincentian action today has reached every continent and no fewer than 140 countries. This gives still greater scope to Frédéric Ozanamís famous phrase:

  I would like to embrace the entire world in a network of charity  

– our concern to bring help to all,… whatever their religion, opinions, colour, origin, race or cast”, he said. In addition, many twinning arrangements have been made between conferences in industrialised countries and developing countries to create close ties of solidarity and assistance.

L'entraide vincentienne à l'étranger

Etienne de Gerlache, premier président de la Société en Belgique

L’Entraide Vincentienne à l’Etranger

Société sœur de la SSVP de Belgique

Face à l’immense misère que connaissent certaines populations du sud, “Tu aimeras l'étranger comme toi-même” (LV-19,34) est devenu, pour la Société de Saint-Vincent de Paul, une sorte de onzième commandement. Bien sûr les moyens dont nous disposons sont dérisoires par rapport au secours qu’il faudrait pouvoir apporter à tous les déshérités du bout du monde. Mais tout acte de solidarité peut être porteur, changer ne fût-ce que le cours d’une vie ou d’une communauté. Ces actes, la SSVP les pose par le biais de sa société soeur : l’Entraide Vincentienne à l’Etranger.

Pourquoi une société soeur et non la SSVP elle-même ? Parce que, pour obtenir l’autorisation d’émettre des attestations fiscales, le ministère des finances exige que les aides à l’étranger soient destinées à des pays en voie de développement. Ces pays doivent être enregistrés séparément, au sein d’une ASBL bien distincte.

Les pays auxquels l’Entraide Vincentienne à l’Etranger apporte régulièrement son soutien sont ceux avec lesquels nous entretenons des liens historiques et également quelques pays auprès desquels nous possédons une “antenne” vincentienne belge. Il arrive que des aides ponctuelles soient également accordées à certains pays en fonction de circonstances particulières.

Vincentian presence in the world

Where to find us?